Coopération internationale : prêt pour un stage à l'étranger!
02/10/2012


Cet automne, deux grands événements ont célébré la coopération internationale : la 4ème édition du forum Brafagri début octobre, suivi des Journées nationales de la coopération internationale du 14 au 16 novembre 2012 qui ont rassemblé au lycée de Lyon-Dardilly plus de 500 participants et une cinquantaine de partenaires étrangers venant de 17 pays. À cette occasion, la directrice générale de l’enseignement et de la recherche, Mireille Riou- Canals, a rappelé que l’ouverture européenne et internationale constitue l’une des priorités du ministère.
Elle a insisté sur l’importance de la mobilité et de la pratique des langues étrangères dans les parcours de formation pour l’insertion professionnelle et pour l’ouverture culturelle dans une Europe des mobilités. Ces journées d’échanges et de réflexion ont permis de dégager deux axes pour améliorer cette mission de coopération internationale : la mise en place de partenariats institutionnalisés au niveau national et, au sein des établissements, la nécessité de faire de l’international un axe à part entière des projets d’établissements.

À découvrir ci-dessous les témoignage deux jeunes, Flavien et Ricardo, qui ont bénéficié de programmes d’échanges à l’étranger.

Ricardo Allan Dantas Barbosa, 24 ans

©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr
Après dix mois passés à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) grâce au programme Brafagri, Ricardo vient de retourner chez lui, au Brésil, pour sa dernière année d’études de génie alimentaire. Lorsque le partenariat entre son université à Natal et l’institut d’enseignement supérieur et de recherche VetAgro Sup a été mis en place, il était l’un des seuls étudiants de sa promotion à avoir fait des études de français, un atout non négligeable pour réussir les épreuves de sélection : « la France était pour moi un choix culturel et linguistique. Cela me permettait de sortir du tout anglais. Et je pense vraiment qu’il faut profiter de ses études pour apprendre le plus de langues étrangères possibles. »
Au-delà de la langue, Ricardo met en avant l’enrichissement apporté par ce voyage dans les domaines de l’agriculture et de l’agroalimentaire : « le développement durable, la vision des petits agriculteurs, la prise en compte de l’aspect social dans l’agriculture et la recherche de solutions à l’échelle d’un territoire : ce sont des notions très présentes dans votre pays. À l’institut, il existe une association étudiante très investie dans le commerce équitable. Des petits marchés ont lieu dans l’école même. C’est une idée qui m’a plu et que je vais ramener chez moi. »
Il a aussi profité de ce séjour pour découvrir l’alimentation française, fromages et autres produits artisanaux : « j’ai choisi un module sur les produits du terroir : nous sommes allés à la rencontre de petits producteurs. » Une expérience qui lui servira sans aucun doute : il souhaite un jour ouvrir son propre restaurant végétarien à Natal !

Flavien Laurent, 19 ans

©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr
C’est en Angleterre que Flavien voulait effectuer son stage de BTSA* Technico-Commercial jardin et végétaux d’ornement. « le lycée nous donne des informations sur les entreprises ayant déjà reçu des stagiaires, sur le logement, les transports. Les enseignants nous assistent aussi dans nos démarches de demande de bourse ou auprès de l’entreprise, ils vérifient que tout est prêt pour nous accueillir. J’ai été vraiment bien accompagné », explique Flavien. Une fois sur place, à Manchester, Flavien travaille pendant un mois dans une jardinerie : « je voulais devenir plus autonome dans ma maîtrise de l’anglais. Comme j’étais constamment en contact avec les clients, pour les conseiller, cela a très bien marché. »
Les bénéfices qu’il a tirés de son expérience sont nombreux : « on en ressort grandi. J’ai vu autre chose que ma ville et mon pays, je me suis ouvert au monde. Et professionnellement, sur un CV, une expérience à l’international, même brève, et une bonne connaissance de l’anglais peuvent faire toute la différence. » Á 19 ans, il n’aura pas attendu bien longtemps pour récolter les fruits de ce séjour : il a obtenu une formation en alternance dans une entreprise internationale de sa région. « c’est une entreprise qui fabrique du matériel de protection, comme des casques de pompier. J’y retrouve l’aspect commercial de mes études, et comme je suis moi-même pompier volontaire, je suis sensible à leur activité ! » Il s’éloigne donc temporairement des jardins, pour sans doute mieux y revenir plus tard, fort de toutes ces expériences.

La mission de coopération internationale

Plus de 5000 élèves et étudiantspartent en mobilité

L’objectif avoué est ambitieux : qu’un maximum de jeunes de l’enseignement agricole fasse au moins une fois l’expérience de l’étranger. Au fil des années, plus de trente réseaux géographiques se sont constitués (des établissements regroupés autour d’un pays ou d’une zone géographique),ainsi que des réseaux Jeunes pour aider les promotions suivantes à se préparer au grand voyage...5000 élèves et étudiants partent en mobilité chaque année, aidés par des bourses régionales, nationales ou européennes. Beaucoup effectuent un stage à l’étranger, d’autres partent pour une période d’études grâce aux programmes concertés, autour de projets communs montés par des écoles françaises de l’enseignement supérieur agronomique, vétérinaire et paysager et des universités étrangères et des universités étrangères : Brafagri au Brésil, Chilagri au Chili, GéCo-GLEN avec l’Allemagne et les pays de l’Est. Le succès de cette coopération tient beaucoup à l’enthousiasme, à la volonté d’aller toujours de l’avant, que manifeste l’ensemble des partenaires.

Une mission encadrée

La coopération internationale est inscrite dans la loi comme l’une des grandes missions de l’enseignement agricole, au même titre que la formation ou l’animation des territoires. Rien d’étonnant à cela : comme l’agriculture elle-même, les établissements agricoles ont toujours été tournés vers l’international. Le modèle d’enseignement agricole français est d’ailleurs regardé avec intérêt à l’étranger, de par son rattachement au ministère de l’agriculture et par l’investissement continu de la profession agricole dans la vie des établissements et la formation des jeunes.

En savoir plus sur les échanges internationaux dans l'enseignement agricole et le programme Brafagri

Agenda


Les Journées nationales de la coopération internationale se sont tenus les 14, 15 et 16 novembre 2012, au lycée de Lyon-Dardilly en Rhône-Alpes. Ces rencontres ont lieu tous les deux ans. Cette année, elles portaient sur l’accueil international dans les établissements de l’enseignement agricole.

Tous les ans, lors du forum Brafagri, les étudiants et les coordonnateurs français et brésiliens témoignent et croisent leurs expériences. Cette année, les 3, 4 et 5 octobre 2012, c’est VetAgro Sup de Lyon qui accueillait la 4e édition du forum Brafagri.
http://brafagri.vetagro-sup.fr/

Voir aussi