Enseignement agricole : faire face au handicap pour l'égalité des chances
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

La Direction générale de l’enseignement et de la recherche du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation se donne trois objectifs :

  • adapter un cadre de vie pour le rendre accessible à tous ;
  • accueillir davantage d’élèves et étudiants en situation de handicap ;
  • intégrer plus de travailleurs en situation de handicap dans la communauté éducative.

La scolarisation des jeunes en situation de handicap

L’enseignement agricole s’est résolument inscrit dans le cadre de l’application de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Le nombre d’élèves et d’étudiants en situation de handicap scolarisés dans l'enseignement agricole a fortement augmenté au cours des trois dernières années. L’aide accordée est réalisée d’après les notifications délivrées par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées qui siège au sein de la maison départementale des personnes handicapées. L’effort est significatif et porte pour les élèves accueillis sur du matériel pédagogique et de l’accompagnement humain par un auxiliaire de vie scolaire.
À titre d'exemple, depuis la rentrée scolaire, plus de 1 900 élèves et étudiants bénéficient d'une aide humaine dans l’enseignement agricole. Les métiers préparés offrent en effet de réelles possibilités d’emploi pour ces personnes à besoins particuliers.

Le projet personnalisé de scolarisation (PPS)

Au sein de chaque direction régionale de l’agriculture et de la forêt, le service régional de la formation et du développement a mis en place un correspondant handicap. Ce dernier a le rôle de soutenir la mise en place de l’aide, précisée dans la notification de la maison départementale des personnes handicapées. Cela se fait dans le cadre d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS) qui cite toutes les exigences matérielles et besoins pédagogiques de l’élève, document auquel l’équipe éducative et les parents ont pris part.

Une fois l’élève inscrit, l’inspection académique (ministère de l’Éducation nationale) désigne un enseignant spécialisé référent, comme garant du suivi, de la mise en oeuvre et de la cohérence du PPS tout au long du parcours scolaire de l’élève concerné. Il couvre plusieurs établissements dans un bassin géographique. Si un parent ou un enseignant a un problème sur la réalisation du PPS, c’est cet enseignant référent qui doit être saisi.
Les procédures relatives à l’accueil d’élèves-étudiant(e)s handicapé(e)s sont nécessaires mais pas suffisantes si l’on oublie la nécessité de travailler en équipe. Toutes les dimensions du parcours de formation de l’élève handicapé ne pourront être prises en compte et résolues si l’ensemble du personnel de l’établissement ne travaille pas en réseau.

Pour un meilleur appui des équipes en établissement et des autorités académiques, un réseau spécifique à l'inclusion scolaire des élèves et des étudiants en situation de handicap a été créé par la Direction générale de l'enseignement agricole à la rentrée scolaire 2017, avec le recrutement de deux animatrices nationales.