Enseignement agricole : des jeunes s'investissent pour l'agriculture de demain
Crédit ci-après
© Sylvain Tallon / Min.Agri.Fr
Faire entendre la voix de leurs camarades et de l'Outre-mer, améliorer l'enseignement et faire évoluer les pratiques agricoles, ce sont les engagements pris par Rébecca Trompette et Liz Darmon, étudiantes nouvellement élues au Conseil national de l'enseignement agricole (CNEA). Deux profils, deux parcours, mais une passion commune et une même volonté de faire « bouger les choses ».

C'est lors du grand rendez-vous annuel de l'ensemble des délégués régionaux de l'enseignement agricole public, qui s'est déroulé les 24, 25 et 26 janvier derniers à la Bergerie nationale de Rambouillet (Yvelines), que les élèves et étudiants présents ont élu leurs deux camarades qui siégeront pendant deux ans au CNEA.

Rébecca Trompette

Titulaire, 20 ans
2e année de BTSA Agronomie : productions végétales
LEGTA de Croix-Rivail (Martinique)

Petite-fille de producteurs de canne à sucre, Rébecca sait déjà qu'à l'issue de ses études – qu'elle désire poursuivre – elle s'installera pour créer sa propre pépinière en association avec du bétail ou des volailles. Ce choix de la diversification, Rébecca l'explique par son vécu : « Les exploitations en monoculture sont bien trop exposées aux intempéries ; en diversifié, on a quand même un rendement, même s'il est moindre ». Au CNEA, elle souhaite mettre en avant les pratiques agricoles de l'Outre-mer « dont les spécificités peuvent beaucoup apporter à la métropole ». « C'est important aussi de montrer que l'on peut produire différemment en Martinique, notamment pour sortir d'une logique d'exportation et développer notre propre agriculture, de manière à être plus autonome. » Lutter contre les stéréotypes liés au monde agricole, « un domaine qui offre une grande variété de métiers et où l'on peut vraiment faire carrière », est également une priorité pour Rébecca.

Liz Darmon

Suppléante, 20 ans
1re année de BTSA Agronomie : productions végétales
LEGTA Charlemagne de Carcassonne (Occitanie)

Après un bac ES spécialité Sciences sociales et politiques, Liz réalise un virage à 90° pour suivre une voie plus en adéquation avec ses centres d'intérêt et sa « curiosité naturelle ». Si elle connaît déjà l'univers agricole – ses grands-parents sont horticulteurs –, elle découvre « un enseignement ouvert, à l'écoute et avec une envie de faire évoluer les choses ». Ça tombe bien, parce que Liz a des tonnes d'idées ! Elle est notamment convaincue que le sursaut environnemental doit commencer par se faire au sein de l’enseignement agricole. « Aujourd'hui, nous avons tout un tas d'outils à notre disposition pour mettre en place des actions qui vont dans le sens du développement durable. » Et Liz sait de quoi elle parle : un projet anti-gaspillage alimentaire a été mené dans son lycée. « L'idée est d'avancer, de réagir par rapport aux erreurs qui ont pu être faites, d'améliorer notre façon de produire, de manière a être plus respectueux. Notre génération est très sensibilisée à ces questions-là. »
 

Qu'est-ce que le CNEA ?

Le Conseil national de l'enseignement agricole définit la politique du ministère de l'Agriculture au sein des établissements de l'enseignement secondaire. Présidée par le ministre de l'Agriculture, cette instance comprend 64 membres parmi lesquels des représentants de l'État, des Régions, des établissements (publics et privés sous contrat), des organisations syndicales et professionnelles, et des usagers (parents d'élèves, élèves et étudiants). Elle se réunit environ six fois par an.