En Corse, l'agriculture porteuse de l'identité insulaire
Paysage agricole Corse
©Cheick.saidou/Min.Agri.Fr
Coteaux du Cap-Corse, clémentine, châtaigne, Fleur du Maquis… La Corse présente une agriculture avec des productions caractéristiques et variées. Seule région insulaire du territoire métropolitain, ses ressources agricoles lui permettent de disposer d'une économie régionale dynamique. Trois questions à Jacques Parodi, DRAAF Corse.

Jacques Parodi, directeur de la DRAAF Corse
©Min.Agri.Fr
Quelle est la place de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt dans l'économie régionale ?

L'agriculture corse occupe une place importante dans la société insulaire. Les produits corses contribuent au caractère identitaire de l’île et sont porteurs d'une forte valeur symbolique. Forte de neuf AOP, la viticulture est l’un des piliers de l’agriculture corse. Elle est la première production agricole de l’île suivie par l’arboriculture portée par la production de la clémentine corse, très appréciée pour ses qualités gustatives. Traditionnel sur l’île, l'élevage d'ovins et caprins destinés à la production de lait pour la fabrication de fromages est la 3eme activité agricole de l’île.

L'industrie agroalimentaire est la première activité industrielle de la Corse par le nombre d'entreprises. La fabrication de produits régionaux typés et diversifiés a permis l'émergence de nombreux signes d'identification de la qualité ou de l'origine. Le taux de boisement de 58 % est le plus élevé de France.

Quels sont les principaux dossiers d'actualité ?

Ils sont sanitaires et économiques et ont conduit le ministre chargé de l'agriculture à venir à la rencontre des acteurs professionnels deux fois au cours de l'année 2015 :

  • Crise sanitaire liée à la découverte du premier foyer de Xylella fastidiosa dans un contexte sanitaire déjà prégnant (FCO, Cynips du châtaigner notamment). Une mission d'experts a rendu ses conclusions en août 2015 ;
  • Second programme de développement rural de la Corse adopté le 6 octobre 2015 ;
  • Mise en œuvre du 1er pilier de la nouvelle PAC 2014-2020 et contribution au référentiel national des surfaces éligibles pour une reconnaissance des spécificités de la Corse ;
  • Appel à projets pour le plan d'avenir pour poursuivre l'accompagnement de la structuration des filières ;
  • Contribution au projet de relance de la filière forêt et bois ;
  • Déclinaison des dispositions de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2015, pour l'accompagnement du plan de désendettement de l'agriculture de Corse ;
  • Projet de regroupement des services de l’État sur le site de la base aéronavale d'Aspretto à Ajaccio.

Quels sont les prochains enjeux et défis à relever?

Sans pouvoir tous les citer je pense à :

  • -la gouvernance sanitaire ;
  • l’adaptation au changement climatique ;
  • la préservation des terres agricoles ;
  • la performance économique et écologique des exploitations et des filières ;
  • la contribution au plan de relance de l'emploi.

L'agriculture corse en quelques chiffres 

Superficie

870 000 ha, 3ème île méditerranéenne occidentale après la Sicile et la Sardaigne. 1,6% du territoire national.

En 2010, la surface agricole utilisée (SAU) des exploitations représentait 168 000 ha, composée à 85% de surfaces toujours en herbe (STH). S’y ajoutent 136 000 ha de STH hors exploitations (pacages collectifs, landes et parcours) utilisés en élevage extensif.

Population

320 000 habitants au 1er janvier 2014, soit 0,5% de la population française. Une densité de 37 habitants par km2, la plus faible de France métropolitaine. 

Les exploitations agricoles et l'emploi

2 600 exploitations agricoles en 2013, dont 60% de moyennes et grandes. Une taille moyenne des exploitations de 61 ha (73 pour les moyennes et grandes). 3 640 UTA de main d’œuvre permanente : 64% de chefs d’exploitation et co-exploitants, 12% de main d’œuvre familiale, 24% d’employés permanents. 550 UTA de main d’œuvre non permanente 

Productions végétales

Orientées vers une production de qualité, viticulture et arboriculture constituent les deux tiers du potentiel économique de la Corse.

6 000 ha de vignes, 9 AOP et deux IGP. 6 500 ha de vergers, dont 1 700 ha d’agrumes (la quasi totalité du verger d’agrumes de France métropolitaine). La clémentine bénéficie d’une IGP et d’un label rouge. Le pomelo bénéficie d’une IGP. 2 100 ha d’oliviers et une AOP pour l’huile d’olive de Corse – Oliu di Corsica. 1 200 ha de châtaigniers et une AOP pour la farine de châtaigne de Corse – Farina castagnina corsa. 360 ha d’amandiers. La Corse est la première région productrice de France. Bien que plus confidentielle avec 160 ha en production, la noisette de Cervione a également obtenu une IGP en 2014.

Productions animales

Des races endémiques, de caractère rustique, à même de valoriser le maquis.

67 000 bovins dont 37 000 vaches nourrices. Une exploitation sur trois détient des bovins.

40 000 caprins dont 30 000 chèvres.

110 000 ovins dont 82 000 brebis. L’élevage de petits ruminants est principalement axé sur la production de lait pour la fabrication de fromages. Le brocciu produit à partir de lactoserum de brebis et/ou de chèvre bénéficie d’une AOC depuis 1983.

48 500 porcins dont 4 000 truies reproductrices. En 2014, la charcuterie corse a obtenu trois AOP pour la coppa, le jambon sec (prisuttu) et le lonzo.

18 000 ruches et une AOP miel de Corse – Mele di Corsica

Bois et forêt

500 000 ha de forêt (source : IFN), soit un taux de boisement de 58%, le plus élevé de France métropolitaine.

La forêt reste peu exploitée : 36 000 m3 de bois récoltés et commercialisés en 2014.

Les industries agroalimentaires

280 entreprises hors artisanat commercial pour un effectif de 922 salariés, soit 32% de l’emploi régional dans l’industrie manufacturière.

Le secteur est dominé par l’industrie des boissons qui concentre 27% de l’emploi et 36% du chiffre d’affaires. 90% des entreprises ont moins de 10 salariés.

Consulter le site de la DRAAF Corse

Voir aussi