En avril, la rhubarbe, c'est de saison !
Ci-après crédit
©Cheick.Saidou/Min.Agri.Fr.
Dans le panier de saison du mois d'avril, la rhubarbe est en bonne place. Une belle occasion de découvrir la Ferme de la Rhubarbe qui célèbre ce fruit et bien d'autres avec des confitures inoubliables !

Reprise en 1979 par les parents Dufrenne, La Ferme de la Rhubarbe, est un haut lieu de l'artisanat en Normandie. C’est la maman, Christiane, qui a planté les 1 700 pieds de rhubarbe qui ont donné son nom à la ferme. En 1990, pour diversifier les produits de l’exploitation, elle s’est lancée dans l’élaboration de confitures de lait et de fruits.

Véronique, en 2001, a repris la ferme et a mis en application ce que la transmission maternelle lui avait enseigné. Elle a créé sa première confiture. De rhubarbe, bien sûr ! Il y a 8 ans, par jeu, elle s’inscrit au Concours mondial des confitures où sa confiture de pêche est classée 5e. Depuis que le Concours Général Agricole est ouvert aux confitures, Véronique est régulièrement médaillée.

Véronique sélectionne ses fruits avec grand soin : les abricots proviennent du Roussillon, les mirabelles de Lorraine, les fruits rouges et les pommes de la vallée de Normandie, les figues du Var…

L’un de ses secrets ? Le choix de fruits “ pas trop mûrs ”, dit‑elle, afin que son travail en révèle les qualités gustatives. Elle veille à la bonne teneur en sucre. Colorants et conservateurs sont exclus. La température et la durée de la cuisson font partie de ses secrets.

À l’annonce de mon Prix d’Excellence, je n’y ai d’abord pas cru. Et puis, j’ai mis du temps à m’en remettre. Ça fait très plaisir, surtout lorsqu’on ne s’y attend pas.

Hormis ses confitures récompensées : abricot, framboise et pomme, Véronique propose des mélanges classiques : pêche et groseille, rhubarbe et fraise, ou banane…, mais aussi plus originaux : rhubarbe et gingembre, fraise et rose, framboise et violette…

Pour ses confitures de lait de vache, obtenues après 7 à 8 heures de réduction jusqu'à caramélisation, Véronique propose des parfums courants : café, noix de coco, pistache, citron…, ou plus rares : calvados, Bénédictine, violette…

Mon assemblage le plus délicat ? Sans doute la confiture de lait au safran !

Véronique confectionne aussi des gelées : mûre, groseille, cassis, ortie sauvage, baie de sureau, cramaillotte (fleur de pissenlit), ainsi que des jus à base de rhubarbe, une gamme de confitures sans sucre ajouté, des pâtes de fruits pour lesquelles elle recherche des associations d’arômes complémentaires inédits comme la truffe et le gingembre…

Ce qui fait ma force, c’est de ne pas rester sur mes acquis. Les assemblages, je les imagine. J’ai la mémoire des saveurs, un peu comme un “ nez ” en parfumerie.

Véronique participe à des salons, des manifestations culinaires. Elle aime échanger des recettes et dit avoir beaucoup appris des autres.  Aujourd'hui, elle envisage de créer des ateliers-confitures afin de partager son expérience et son savoir‑faire.

Crédit ci-après
© Jean-Michel Thirion / CGA

Voir aussi