Le Premier ministre Édouard Philippe ouvre les États généraux de l'alimentation
Crédit ci-après
© Sylvain Tallon / Min.Agri.Fr
Un invité de marque ce matin, à l’aube, au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation : le ministre Stéphane Travert accueillait le Premier ministre Édouard Philippe. Le temps de prendre un petit déjeuner avec de jeunes entrepreneurs du numérique et des services aux professionnels et aux consommateurs, ainsi que l’équipe lauréate Ecotrophélia France 2017. Des talents qui lui ont parlé de leur engagement.

Les Lauréats Ecotrophélia France 2017 d'AgroSup Dijon, projet d’innovation Croc & Vie

Gabriel Bernier (chef de projet), Arnaud Beignot, Fanny Bouchire, Alexis Joran, Anaïs Lecointre, Romane Poinsot, Maud Cheval et Fanny Rainero.

En dernière année à AgroSup Dijon, ces 8 étudiants ont présenté pour le concours Ecotrophélia un projet de snacking : « Croc & Vie »,  des sticks de lentilles parfumés à la moutarde et au curry, accompagnés d'une sauce carottes et lait de coco : un « petit en-cas » très attractif pour les consommateurs, car frais, croustillant, facile à manger, 100% ingrédients naturels, avec une faible teneur en matières grasses... et qui fait la part belle aux légumineuses ! Lauréat France 2017, les jeunes étudiants seront à Londres les 21 et 22 novembre pour défendre leur projet Croc & Vie pour le concours Ecotrophélia Europe.

L'Ecotrophélia est un concours d'innovation alimentaire portée par les étudiants de l'enseignement supérieur.

Florian Breton fondateur de MiiMOSA, 1ère plateforme de financement participatif exclusivement dédiée à l'agriculture et à l’alimentation. « En 2 ans, près de 1 000 projets ont été proposés sur la plate-forme. Le financement est l'un des principaux freins à l'innovation dans l'agriculture. Les investisseurs méconnaissent le monde agricole. »

Il est également le cofondateur et le vice-président de la Ferme digitale : « Il s'agit d'une association de 14 start-ups de l'AgTech – bientôt 30 à la fin de l'été. L'idée est d'agréger l'écosystème numérique dans le secteur agricole et agroalimentaire. La France est très bien placé pour l'AgTech, en troisième position derrière les États-Unis et Israël. »

Hélène Binet, porte-parole de La Ruche qui dit oui !, plate-forme de vente en ligne qui marie un outil web innovant et des circuits courts, permettant au plus grand nombre d’accéder à une alimentation de qualité tout en soutenant une agriculture fermière de proximité.

« On essaye de recréer du lien entre le consommateur et le producteur. Aujourd'hui, nous avons plus de 1 000 ruches ouvertes, chacune regroupant une quinzaine de producteurs en moyenne. On constate que les consommateurs sont d'abord demandeurs de légumes frais... Un développement international est en cours, notamment en Angleterre en en Europe de l'Ouest. »