Accueil > Magazine > Info + > Distributeur automatique de fruits et légumes : première expérimentation à (...)

Info +

Distributeur automatique de fruits et légumes : première expérimentation à Dijon

14/01/2009

Un distributeur automatique de fruits et légumes a été mis en service à l’ENESA de Dijon le 7 janvier dernier. Une expérimentation dans le cadre de l’action engagée par le ministère de l’agriculture et de la pêche et de ses partenaires pour améliorer l’accessibilité des fruits et légumes.

Des fruits de saison prêts à être consommés sans qu’il soit nécessaire de les laver ou de les éplucher, des coupelles de mangues, des soupes à réchauffer... Quelques-uns des produits que les étudiants de l’Etablissement national d’enseignement supérieur agronomique de Dijon (ENESAD) ont pu déguster lors de l’inauguration, le 7 janvier dernier, du premier distributeur automatique de fruits et légumes (DAFEL) installé dans une école.

Cette initiative a été portée par un groupe de travail consacré à l’accessibilité des fruits et légumes en milieu scolaire, piloté par la Direction général de l’enseignement et de la recherche du MAP et composé de représentants de la Direction générale de la santé, des représentants des différentes composantes de la filière des fruits et légumes (Interfel, CTIFL, Viniflhor, FIAC/Adepale, Unijus) et des représentants de la distribution automatique (Navsa).

C’est en décembre 2007 que Michel Barnier, ministre de l’agriculture et de la pêche, avait annoncé la mise en place, à titre expérimental, de distributeurs automatiques de fruits et légumes dans les établissements d’enseignement supérieur agricole. Ce mode de vente vise à améliorer l’attractivité et l’accessibilité des fruits et légumes chez les jeunes et s’inscrit dans le prolongement de l’opération intitulée « un fruit pour la récré » qui concerne les écoles primaires et les centres de loisir.

 
JPEG - 1000 octets

En effet, face à l’augmentation de l’obésité et des pathologies liées à une mauvaise nutrition, le programme national nutrition santé (PNNS) préconise de consommer moins de graisses et de sucres et plus de fruits et légumes et considère qu’un effort de communication doit être fait en direction des publics jeunes.

Selon le cahier des charges établi en tenant compte des recommandations de la Direction générale de la santé, les futurs DAFEL comporteront 50% de fruits et légumes frais de la 1ère et de la 4 e gamme, 20 % de jus de fruit sans sucre ajouté et 30 % d’autres produits à base de fruits et légumes (purées, compotes, salades de fruits sans sucre ajouté). Il est recommandé d’établir une fourchette de prix comprise entre 0, 50 et 2 €. Des prix qui pourraient baisser, si cette initiative s’avère concluante et aboutit à la mise en service de nombreux distributeurs.

Le Centre international des hautes études agronomiques de Montpellier a été chargé d’effectuer une étude des comportements des étudiants face à ces nouveaux distributeurs automatiques et d’analyser l’évolution de leur consommation de fruits et légumes.

D’ores et déjà quatre autres établissements supérieurs agricoles sont intéressés par la mise en place dans leurs locaux d’un distributeur automatique de fruits et légumes.