Diminution de la dépendance des exploitations vis-à-vis de la paille et valorisation du bocage en haies hautes

La CUMA TERR’EAU souhaite proposer une section « abattage mécanisé » pour que les éleveurs puissent développer l’utilisation de plaquettes bocagères comme litière pour les bovins. Le bocage Nivernais serait ainsi valorisé et la dépendance des exploitations en paille serait réduite. Cette activité inciterait en plus à une réflexion conjointe sur la biodiversité.

« Des études ont montré que les haies représentaient une charge d’environ 400 euros du kilomètre pour les exploitations. Nous souhaitons donc prouver l’utilité économique de laisser monter le bois et promouvons de fait l’utilisation du grappin-coupeur. Nous souhaitons également remettre en cause certaines idées reçues sur le sujet. » Benjamin Pinel


D’ici 2016, le projet prévoit d’enclencher une action globale s’appuyant sur un
collectif d’agriculteurs pour accroître simultanément les trois piliers de la performance des exploitations concernées.

En diminuant leur dépendance en paille, les exploitants augmentent leur autonomie
productive et leur rentabilité. La spéculation de la paille ne serait plus subie et le niveau de charges serait maintenu à un niveau acceptable. De plus, en développant de nouveaux débouchés, ce projet permet de donner une valeur économique aux travaux d’entretien de la haie. Celle-ci sera entretenue dans le but de produire une ressource. En effet, l’entretien des haies basses est une perte sèche contrairement à une haie haute pour laquelle les produits de coupes sont valorisables.

En développant l’utilisation d’une ressource d’énergie renouvelable, ce projet incitera certainement davantage les agriculteurs à installer des systèmes de chauffage au bois déchiqueté reconnus pour ses faibles émissions de CO2, ce qui diminuera la consommation d’énergie fossile.

De plus, une haie productive est facteur de biodiversité puisque les essences des différentes strates qui la composent fructifient et forment le début d’une chaîne alimentaire. Elle constitue un refuge pour un grand nombre d’espèces qui évoluent dans ces corridors écologiques. D’autre part, les animaux bénéficient d’une protection contre le vent et le soleil. Le maillage bocager joue enfin un rôle important car il participe au caractère des paysages nivernais.

En proposant des solutions d’organisation collective, ce projet permettra d’optimiser l’utilisation des matériels, de mutualiser les temps de travaux et donc de réduire la pénibilité du travail des exploitants. Il pourra également participer au renforcement de l’emploi en CUMA. En effet, les administrateurs de la CUMA TERR’EAU n’excluent pas l’hypothèse d’embaucher un salarié supplémentaire si nécessaire.

PROJET DE LA CUMA TERR’EAU

  • Région : Bourgogne – Département : Nièvre (58)
  • Territoire concerné : Zone d’élevage allaitant de la Nièvre
  • Nombre d’agriculteurs impliqués : 80
  • Structure porteuse de la demande : Fédération CUMA Bourgogne - Antenne de la Nièvre
  • Montant de la subvention CASDAR : 59 450 €
  • Budget total du projet : 74 312 €

Pour en savoir plus >>>

Voir aussi