Des mesures annoncées lors du colloque "Le vétérinaire, la carte et le territoire"
25/05/2016
Examen buccale. Intervention de Gérard Bosquet, docteur vétérinaire dans un élevage bovin.
©Pascal.Xicluna/Min.Agri.Fr
Le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt et le Syndicat National des Vétérinaires d’Exercice Libéral (SNVEL) ont organisé le 12 mai 2016 un colloque intitulé "Le vétérinaire, la carte et le territoire". L’objectif de cette rencontre était de réfléchir aux solutions à adopter pour assurer la relève des praticiens et maintenir le réseau des vétérinaires dans les zones rurales.

Lors de cette réunion, les interrogations portaient sur le tutorat d’insertion en zone rurale, l’investissement des collectivités territoriales dans la présence vétérinaire, la contractualisation des relations avec les éleveurs et la rémunération des missions liées à l’action sanitaire.

A cet occasion, Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, a annoncé des mesures concrètes :

  • Le financement du tutorat par l’État à hauteur de 300 000 € par an. « Il faut que, chaque année, 25 élèves en école vétérinaire soient pris en charge, donc faire en sorte que l’on puisse organiser cette transmission, a expliqué Stéphane Le Foll. Le tutorat est indispensable si l’on veut que les jeunes assurent la relève des anciens. »
  • Le financement par l’État du réseau des vétérinaires sanitaires à hauteur de 650 000 € par an afin de financer le mi-temps d'un animateur de réseau dans chaque région.
  • La mise en place d’un groupe d’échanges entre la profession agricole et les vétérinaires pour engager une stratégie d'harmonisation nationale progressive des tarifs de prophylaxie. En effet, un état des lieux fait apparaître des grilles tarifaires très différentes en fonction des territoires.
  • Le lancement de 2 groupes de travail dédiés destinés à lui présenter une feuille de route opérationnelle avant la fin de l’année 2016 : l’un relatif aux actions pour maintenir un réseau suffisant de vétérinaires au service des productions animales  et l’autre sur les mesures nécessaires à la modernisation du partenariat entre l’État et les vétérinaires sanitaires.

 

Stéphane Le Foll :

«  Cette réunion avait pour objectif de réaffirmer l’enjeu des vétérinaires sur le territoire. La réflexion devra porter sur le nombre de vétérinaires en France, les projets d’intercommunalités, la manière dont on intègre les vétérinaires et cette surveillance sanitaire dans les stratégies territoriales. On pourra y adjoindre les chambres d’agriculture. »

 

Voir aussi