Des dispositifs de développement et d'innovation à Mayotte
©Min.Agri.Fr
RITE, POSEI, PDR Mayotte et PER... Autant d'outils mis à la disposition des agriculteurs pour favoriser le développement et l'innovation sur l'île de Mayotte. Zoom sur ces programmes d'avenir.

RITA : l’adoption de pratiques innovantes par les agriculteurs

Opérationnel depuis début 2012, le Réseau d’innovation et de transfert agricole (RITA) mobilise les acteurs agricoles pour conduire des actions de recherche – expérimentation - développement répondant aux besoins des agriculteurs. Depuis 2014 les projets RITA sont soutenus financièrement par le PDR et inscrits dans le cadre du partenariat européen pour l’innovation (PEI).

Le CIRAD, l’Établissement public de formation de Coconi, la Chambre d'agriculture, de la pêche et de l'aquaculture (CAPAM) et les organisations de producteurs sont partenaires de trois projets pour la période 2015-2017 : le projet INNOVEG (gestion agro-écologique des bio agresseurs, amélioration des itinéraires techniques et mise au point de nouveaux procédés de transformation pour les productions maraîchères, fruitières et vivrières), le projet DEFI-ANIMAL (caractérisation et conservation des races locales de ruminants, innovation en matière de santé animale) et le projet BIOFERM (élaboration d'itinéraires techniques innovants basés sur l'agriculture de conservation et la fertilisation organique).

Le lycée agricole est fortement impliqué dans le transfert des connaissances vers les agriculteurs. Le RITA organise aussi des échanges entre les acteurs des projets conduits sur le territoire et des échanges inter-DOM.

Le POSEI et le PDR Mayotte

Les aides de la PAC relèvent à Mayotte d'une part du Programme d’Options Spécifiques à l'Éloignement et à l'Insularité (POSEI - 1er pilier de la PAC) et d'autre part du Programme de Développement Rural (PDR – 2ème pilier de la PAC). Elles sont mises en œuvre à Mayotte depuis 2014. Deux programmes particuliers ont ainsi été définis pour ce département et la DAAF assure le rôle de guichet unique pour les demandeurs d'aide de ces programmes et d'autorité de gestion et de service instructeur pour le PDR.

Le programme POSEI comporte deux volets : le régime d’approvisionnement (RSA), qui compense les surcoûts d’importation d’intrants agricoles et de produits agroalimentaires de première nécessité (riz, huile…) et les mesures en faveur des productions agricoles (MFPA). Ces dernières sont des aides directes à la production, proportionnelles à la surface agricole cultivée et destinées à soutenir la très petite agriculture familiale, qui satisfait une part importante des besoins alimentaires de la population. Des aides à la transformation et à la commercialisation des produits, à la structuration des filières et à l’importation d’animaux vivants soutiennent en particulier les filières des plantes aromatiques et à parfum, les filières maraîchères et les filières animales.

En 2014 et 2015, plus de 1.400 opérateurs ont sollicité ces dispositifs (producteurs, groupements, entreprises de l'amont et de l'aval) et le montant des crédits mobilisés annuellement par le programme devrait progresser jusqu'à 6 millions €.

Le PDR de Mayotte a été le premier PDR français adopté par la Commission européenne pour la période 2014-2020 et est le seul pour lequel la DAAF soit autorité de gestion. Il finance les investissements permettant d'améliorer le potentiel de production locale, de mener une gestion durable des ressources et de favoriser un développement équilibré du territoire. Au delà des investissements individuels, ce sont un certain nombre d'infrastructures collectives essentielles (pistes, hydraulique agricole, aménagements forestiers, marchés, abattoirs de ruminants et de volailles) qui vont pouvoir être mises en place.

L'enveloppe financière est de 80 M€ (dont 60 M€ de FEADER). La mise en œuvre a débuté en septembre 2014 et une soixantaine de projets sont actuellement en route.

Le Pôle d’excellence rural (PER) en marche !

Après plus de 10 années de réflexions, le PER devrait sortir de terre fin 2017. Son ambition : redynamiser les filières des plantes à parfum, aromatiques et médicinales, dont font partie les célèbres fleurs d’ylang-ylang et la vanille de Mayotte.  Il permettra de faire travailler conjointement les acteurs de ces filières et de développer l’innovation et l'élaboration de produits de qualité compétitifs dans l’espace régional. Il rassemblera au sein d’un même complexe, localisé au cœur de la commune de Ouangani, historiquement orientée vers ces filières, des outils de production (alambics, plans de séchage de fleurs), de recherche (alambics tests, parcelles d’expérimentation à destination des producteurs de PAPAM notamment), de transformation (atelier cosmétique, atelier de transformation et d’empaquetage), ainsi qu'une plateforme de préparation à l’export et à la vente directe.

Retrouvez le site de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de Mayotte


 

Voir aussi