Samedi 26 février 2011

De la fourche à la fourchette : le boucher

Stéphanie Nussbaumer

27/02/2011

C’est sur le stand Planète Viande que les artisans bouchers de France présentent leurs produits, les étapes de préparation de la viande et à travers les apprentis, les écoles de boucherie. Ils veulent par cette action montrer au consommateur l’origine du contenu de leur assiette. Après 50 ans de métier et une participation au salon de l’agriculture depuis ses débuts, Jean-Pierre nous explique que son métier est avant tout passionnant.

11057_063 {JPEG}Il a démarré le métier « par hasard » à la suite d’une proposition de travail d’un boucher et s’y est ensuite épanouie. Il a débuté dès 14 ans par un apprentissage à la campagne pour ensuite monter à Paris afin de se perfectionner. A 22 ans, il s’installe en tant qu’artisan à Saint-Maure des Fossés « Après 36 ans en tant que commerçant, je viens récemment de vendre ma boutique. Je suis donc à la retraite, mais une retraite active. »

En cinquante ans de métier, Jean-Pierre a pu voir une réelle évolution dans le métier. Lors de son apprentissage, il intervenait de « la fourche à la fourchette ». Il allait chercher l’animal dans le prés et réalisait le travail jusqu’à la découpe. Désormais, il y a deux métiers bien distincts ; celui de l’abatteur et celui du boucher, qui récupère les carcasses, les découpe et les présente.

En ce qui concerne la nouvelle génération de bouchers, il porte un réel espoir en ces jeunes qui vivent de leur passion et qui apprennent le métier dans le but de toujours offrir une qualité et un service tangible au consommateur. « A ce jour, on connait un véritable regain d’apprentis pour cette filière où il n’y a pas de chômage et où l’on y gagne bien sa vie »