Circuits courts - Réseau rural : présentation et initiatives
Camionette de boucherie chevaline arpentant les routes de campagne
Quelles sont les initiatives existantes ? Que se passe-t-il dans ma région ? Il existe un outil pour mieux connaître et diffuser les initiatives en matière de développement rural : le réseau rural. Les circuits courts de commercialisation font l’objet d’une action spécifique à travers cet outil.

Qu’est-ce que le réseau rural ?

Le règlement de développement rural 2007-2013 (qui définit les modalités d’utilisation d’un fonds européen, le fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) permettant de soutenir des projets dans les territoires ruraux) prévoit la mise en place, au niveau européen et dans chaque État-membre, d’un réseau d’organisations qui regroupe les différents acteurs impliqués dans des projets de développement rural.

En France, le réseau est structuré à deux niveaux :

  • un réseau national
  • 26 réseaux régionaux (21 dans l’Hexagone, 1 en Corse et un dans chacun des 4 DOM)

Le réseau national est co-piloté par le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche et la délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT). Les présidents de conseil régional et les préfets de région sont chargés de la mise en place de ce réseau à l’échelle régionale.
Les actions du réseau sont co-financées par le FEADER.

Pourquoi ce réseau?

Échanger, analyser

  • permettre aux acteurs du monde rural issus de milieux différents d’échanger et de travailler ensemble ;
  • analyser les pratiques relatives au contenu des projets de développement rural ainsi qu’aux méthodes employées pour monter ces projets et en assurer la réalisation ;
  • échanger les expériences et les savoir-faire ;
  • proposer des formations aux groupes d’action locale dans le cadre du programme « Liaison entre actions de développement de l’économie rurale » (LEADER) _qui constitue un axe d’intervention du FEADER, et les appuyer dans leurs projets de coopération avec d’autres territoires.

Valoriser les expériences, améliorer les projets

  • faciliter sur les territoires la réalisation d’opérations multisectorielles concernant l’agriculture, la forêt, l’artisanat, le commerce, le tourisme, l’environnement, la formation, les services, le patrimoine rural … ;
  • améliorer concrètement la qualité des projets financés par le FEADER et favoriser leur valorisation au niveau local, régional, national, européen ;
  • promouvoir le développement durable et le développement territorial équilibré.

Pour qui ? Un réseau participatif

Le réseau est ouvert à tous les acteurs nationaux, régionaux et locaux du monde rural : agriculteurs, forestiers, acteurs environnementaux, élus, chefs d’entreprises, responsables d’associations et de groupes d’action locale LEADER, territoires de projets, experts…

La structuration du réseau témoigne de la diversité des acteurs impliqués dans le développement des territoires. Son fonctionnement est ascendant et participatif, chacun est appelé à participer à sa construction en l’enrichissant de son expérience, de son savoir-faire et de ses connaissances, en facilitant l’échange de données et d’informations.

Le réseau et les circuits courts

Dans le cadre du réseau, 3 groupes thématiques ont été constitués autour de la thématique « Attractivité des territoires » qui ont vocation à travailler sur au moins 2 ans (2009-2010) et dans la perspective d’un séminaire organisé à l’automne 2010.
Ces 3 thématiques sont :

  • la valorisation économique territoriales des ressources locales, avec 3 sous-groupes : l’agriculture et l’alimentation, la forêt et le bois, la biomasse-énergie,
  • les politiques de maintien et d’accueil des nouvelles populations,
  • la gestion de l’espace.

S’appuyant sur la diversité des membres qui le composent, le sous-groupe « Agriculture et alimentation » traite de la thématique du développement des circuits courts de commercialisation autour de cinq axes :

L’installation en circuits en courts :
Les obstacles techniques, économiques et sociologiques pour le lancement de projets par l’installation ou la diversification, sont nombreux. Les échanges d’expériences sont donc nécessaires pour dépasser les visions cloisonnées, pour organiser des formes de circuits courts et en exprimer le potentiel.

Un recensement des démarches et outils d’appui à l’installation en circuits courts, ainsi qu’une analyse des conditions de réussite sont ainsi réalisés et présentés dans le cadre de colloques nationaux et de séminaires inter-régionaux.

Les circuits courts et la restauration collective :
Il s’agit, à l’issue des travaux de mutualisation, d’inciter le regroupement des producteurs dans des organisations collectives, pour massifier l’offre, optimiser les flux logistiques, être en capacité de répondre à des marchés publics.

Synergies entre agriculture et artisanat entre agriculture et tourisme :
L’objectif est de repérer, d’analyser, capitaliser et diffuser auprès des réseaux agricoles et de territoires, des organisations territoriales multi acteurs d’activités de transformation et de vente en circuit court qui apportent des solutions innovantes quant à l’organisation des relations entre éleveurs, bouchers, métiers de bouche et professionnels alimentaire du tourisme.

Circuits courts et cohésion sociale :
Au travers de repérage d’expériences, il s’agit de montrer comment les circuits courts peuvent apporter des réponses en matière

  • de lutte contre les inégalités alimentaires,
  • de création de lien social entre agriculteurs et néo ruraux dans les villages, entre urbains et producteurs, entre consommateurs (ex. AMAP),
  • de soutien aux agriculteurs fragilisés,
  • de maintien et dynamisation du tissu rural par l’installation d’agriculteurs et la diversification des activités autour des circuits courts (visite de fermes, accueil scolaire…),
  • de reconnaissance des femmes à travers ces initiatives.

Accompagnement de territoires pour le développement des circuits courts.
Partant du constat qu’il existe actuellement de nombreuses évolutions dans les domaines de l’alimentation, du développement des territoires, de la localisation des productions et de sa valorisation territoriale, le travail réalisé consiste à analyser les enjeux alimentaires dans des territoires de nature et de contexte différents pour identifier les enjeux communs et les spécificités de chacun. L’analyse collective doit faire ressortir les orientations sur les questions alimentaires et les circuits courts pertinentes à développer selon le contexte économique local, l’activité touristique et de service, le contexte démographique, le potentiel de production et le potentiel géographique.

Ces groupes de travail s’enrichissent également des expériences, des projets portés dans d’autres pays d’Europe, ainsi que des travaux réalisés dans les autres groupes du travail du réseau rural français, notamment le groupe « gestion de l’espace ».

Pour en savoir plus : www.reseaurural.fr

Voir aussi