Circuit court : Label Ferme, en direct des producteurs

Au cœur du quartier d’affaires du 9ème arrondissement de Paris, un restaurant fait mouche. Des portraits de producteurs, des produits artisanaux, une devise : réduire au maximum les intermédiaires entre le producteur et le consommateur.

Circuit court ©  Label Ferme

Ils sont quatre. Quatre amis d’enfance qui rêvaient d’un déjeuner artisanal, pris sur le pouce, mais de qualité. Exit les fast food, les restaurants où la salade est insipide etoù le fromage ressemble à du plastique. Petits-fils d’agriculteurs pour deux d’entre eux, ils imaginaient un endroit où l’on pourrait se retrouver dans son assiette «  tant sur la quantité que sur la qualité  ». Cet endroit, ils l’ont dessiné à leur façon. Benoit, Guillaume, Laurent et Sébastien, à peine un siècle à eux quatre, ont ouvert, il y a un mois, l’enseigne Label Ferme. Le concept ? Une restauration rapide composée de produits artisanaux de qualité qu’ils vont eux-mêmes chercher chez le producteur. Le but ? Réduire au maximum les intermédiaires entre la fourche de l’agriculteur et la fourchette du consommateur. De la salade au fromage en passant par les tomates ou la charcuterie, les quatre garçons ont sillonné les routes d’Île-de-France et de Haute-Savoie – leur région d’origine – pour nourrir leurs futurs clients et les étalages de leur épicerie. Sur les murs de la boutique-restaurant, des anciennes cagettes à pommes sont accrochées tels des trophées. Saucissons odorants, pommes juteuses, tomates fraîches, carottes terreuses, jus ou vins servent de décorations. « Au déjeuner, on fait goûter à nos clients nos produits. S’ils apprécient, ils peuvent les acheter tout de suite après !  ».

Benoit, Guillaume, Laurent et Sébastien - Label Ferme. © Cyrielle Boutaud
« La star ici, c’est le produit !  » précise fièrement Guillaume. Les produits sélectionnés ne suivent pas un cahier des charges précis. Le seul mot d’ordre : le goût. « S’ils bénéficient d’une AOC ou du label bio, c’est mieux, mais ce n’est pas un critère déterminant. On privilégie d’abord le plaisir et l’origine. Nos amis, nos grands-mères, nos clients restent les meilleurs contrôles qualité !  », affirme Guillaume. Si les fromages et les charcuteries viennent essentiellement de Haute-Savoie – «  Nous avions déjà les contacts avec les agriculteurs de la région, mais on compte aussi sur les conseils de nos clients pour rencontrer d’autres producteurs », explique Benoit – il manquait les légumes, et certains produits frais. « On a pris notre voiture et on a fait le tour des petits exploitations franciliennes, raconte Guillaume. C’est là qu’on a découvert le carreau des maraîchers à Rungis, un espace dédié uniquement à la vente directe. »« L’essentiel est que l’on retrouve le goût de l’origine », que le client identifie l’homme derrière sa salade ou son sandwich. Un retour à la terre nourricière et à la qualité pour un consommateur de plus en plus soucieux de son alimentation.

Livraison en direct du producteur

Les quatre entrepreneurs en herbe ne s’arrêteront pas là. Dès septembre, une plateforme de livraison sera mise en place. Un système qui leur permettra de livrer aux clients les produits frais qu’ils auront découvert dans leur boutique-restaurant. En attendant, si 95 %des produits proviennent directement du producteur, certains produits comme le maïs n’ont pas encore trouvé de producteurs. Avis aux candidats !

Label Ferme 43, rue Le Peletier – 75009 Paris01 44 63 71 94 Plus d’infos sur www.labelferme.fr


Voir aussi