"Charrette Bio" : du bio près de chez vous !
Dans le bassin grenoblois, une poignée d’agriculteurs s’est organisée pour créer une “Charrette Bio”, petit camion itinérant qui livre une grande variété de produits biologiques et locaux en différents points de la ville. Un mode de commercialisation qui ravit agriculteurs comme consommateurs. 600 clients, en moyenne 130 par semaine, une montée en puissance régulière et un credo"montrer qu’on peut produire et commercialiser en bio localement".Cette initiative a été récompensée en 2010 par les Trophées de l’Excellence Bio, organisés chaque année par l’Agence Bio.

Embarquées à bord de la “Charrette ”, Jade et Charlotte, la vingtaine, ont déjà rempli leur sac à dos de fruits et légumes frais, et se chamaillent joyeusement autour d’un pot de rillettes. La plus gourmande finit par craquer : « je le prends sur mes économies ». Elles sont étudiantes à Grenoble (Isère), vivent en colocation et gèrent ensemble un budget serré. Il y a quelque temps, des “ potes ” leur ont parlé de la “Charrette ” qui livre plusieurs fois par semaine différents points de distribution de la ville en produits locaux et bio.

« On trouve de tout ici ! »

Charrette Bio©Xavier Remongin/min.agri.fr
Venues retirer leur première commande, elles ont l’air d’apprécier, comme tous les clients rencontrés ce jour-là. « C’est formidable, il y a de tout ici ! », s’exclame Emmanuel, jeune cadre venu faire ses courses en vélo. Effectivement, dans ce petit camion spécialement aménagé pour la vente, on trouve pêle-mêle fruits et légumes variés, œufs, yaourts, viandes, poissons, fromages, pains, miels, escargots (préparés), bières, etc… Le tout produit dans le bassin grenoblois par une vingtaine d’agriculteurs. Et ce qui plaît tant aux consommateurs, c’est que, contrairement à d’autres systèmes de paniers, la Charrette n’impose ni contrat ni quelque engagement que ce soit. Seule contrainte : « commander les produits frais une semaine à l’avance, par Internet ou directement sur le lieu de livraison, les produits secs étant en libre-service », explique Pierre Jamet, jeune salarié de la Charrette qui anime les points de vente.

Du gagnant-gagnant / agriculteurs-consommateurs

Si ce fonctionnement ravit les consommateurs, de plus en plus nombreux depuis le lancement des ventes en septembre 2009, il satisfait aussi les agriculteurs à l’origine du projet. Une bande de joyeux lurons, qui voulaient montrer qu’il est possible de produire et de commercialiser localement en bio, et qui, surtout, avaient envie de s’engager dans une démarche collective. Parmi eux, on trouve Charles Granat, 30 ans, producteur d’œufs bio après 8 ans à travailler dans un parc naturel, ou Xavier Moget, la trentaine, ancien animateur nature, dont l’installation en maraîchage a été « un parcours semé d’embûches » et qui avait « envie d’un groupe », ou encore Martine Brun –dite « mémé Tine »–, 35 ans dans la fonction publique territoriale avant une reconversion dans l’élevage d’escargots bio… Des agriculteurs aux parcours atypiques, animés par une volonté de mutualisation et de partage.

Un circuit de distribution parmi d’autres

« Au départ, nous voulions créer

Poules bio©Xavier Remongin/min.agri.fr
un magasin de producteurs. Mais c’était compliqué, ça nécessitait un investissement important, et il ne fallait surtout pas se tromper de lieu ! », témoigne Charles Granat, président de l’association. « Nous avions tous d’autres circuits de distribution, que ce soit en association pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap), en vente à la ferme ou sur les marchés, mais ils ne nous convenaient pas totalement, nous avions envie d’autre chose », précise Xavier Moget. Au fil des discussions, est née l’idée d’un camion itinérant, avec un employé chargé de récupérer les denrées chez les agriculteurs et de gérer commandes et livraisons. Pour les producteurs, le système de la “Charrette ” présente des avantages considérables. « Nous nous arrangeons entre nous pour la composition des paniers de légumes. Cela garantit une grande variété de produits aux consommateurs et, comme nous fonctionnons sur commande, nous n’avons aucune perte. Nous fixons nous-mêmes les prix, pas de commercial à l’horizon pour décider à notre place ! En plus, nous n’avons pas besoin de nous occuper de la vente. Autant de temps gagné pour travailler dans nos exploitations et vendre sur les marchés ou dans nos fermes », précise Jean-Noël Roibon, arboriculteur qui, lui aussi, a baroudé avant de s’installer. La “Charrette Bio ” reste un circuit de distribution parmi d’autres pour ces agriculteurs d’un nouveau genre. Mais quand on leur demande si leur système peut fonctionner un peu partout et à grande échelle, ils répondent oui sans hésiter. Avis aux amateurs…

Info +

La “Charrette Bio” a reçu une mention spéciale du jury lors des trophées 2010 de l’excellence Bio organisés par l’Agence Bio.
www.lacharrettebio.fr

Voir le reportage sur la Charrette Bio réalisé par M6, et parrainé par l’Agence Bio :

Voir aussi