Mardi 22 février 2011

Casimir, le grand champion des Charolais

Thomas Decers

22/02/2011

Portant fermement ses 1610 kg, nous rencontrons Casimir qui a été élu hier grand champion de la race Charolaise.

Casimir et Laurent Robichon ©Thomas.Decers/Min.Agri.fr

Après avoir remporté le titre de "champion senior", celui de "grand champion" et le "prix du président de République" cet automne au Sommet de l’Élevage (Cournon, 63), Casimir confirme à nouveau au Salon de l’Agriculture ses immenses qualités. A l’âge de 4 ans, il n’en finit plus d’exceller et de récompenser ses éleveurs. Ce n’est pas anodin, il n’a pas un propriétaire, mais 6. Trois éleveurs ainsi que 3 investisseurs privés extérieurs au monde agricole. Cependant, quand il n’est pas en concours, Casimir vit paisiblement chez Laurent Robichon avec 100 vaches autour de lui pour le contempler. Il peut paître l’herbe de Vendée qui lui assure un si beau poil. Mais ce n’est pas toujours de tout repos pour Laurent qui possède cet animal herculéen d’une immense valeur « Il demande une surveillance accrue et une très bonne alimentation car je ne veux pas qui lui arrive quoi que ce soit. Je suis à ses petits soins depuis deux mois car je le lave deux fois par semaine et je le promène à la corde. Ce qui lui permet d’être si docile. » Car ce n’est pas rien de promener ce gaillard dans les allées du salon.

Pour éviter de le faire naviguer entre les trois fermes trop souvent et permettre à cette star d’avoir plus de descendants, son sperme a été récupéré cette année. Ce ne sont pas moins de 700 vaches qui vont alors pouvoir être fécondées par Casimir. Ainsi, Marc Roirand et Jérôme Hoorelbeke les autres éleveurs copropriétaires peuvent inséminer leurs 70 et 20 vaches grâce à sa semence. Ils obtiennent donc des descendants du meilleur taureau actuel, qui ont ainsi beaucoup plus de valeur.

A l’automne dernier, Christian Jacob, directeur d’une entreprise de rénovation de bâtiment à Paris (ne pas confondre avec son homonyme, Président du groupe UMP à l’Assemblée nationale), mais aussi un grand mordu de taureaux Charolais est allé voir les trois éleveurs propriétaires de Casimir pour investir pécuniairement dans ce taureau. De là est né un partenariat insolite entre ce directeur et les éleveurs. Ce petit-fils d’agriculteur à la tête d’une entreprise de neuf salariés n’en est pas à son premier investissement animalier, ni à sa première récompense. Il y a cinq ans, un de ses taureaux avait déjà été sacré grand champion au SIA. Actuellement il en possède cinq en copropriété. Christian Jacob réalise jour après jour des rêves de gosses et participe activement à la promotion de la race Charolaise « Je suis déjà passé trois fois au 20h de TF1 pour parler de mon partenariat avec des éleveurs ». Et pourquoi enrôler sa société dans une telle collaboration ? « Inviter des clients dans de très bons restaurants parisiens c’est bien, mais ça ne m’intéresse pas. Je préfère les faire venir sur des salons voir mon taureau, cela les intrigue et facilite les relations. » nous explique-t-il. En effet cela doit changer du classique pour les clients de M. Jacob, à en croire son bureau rempli de poster de taureaux Charolais. Depuis, deux entreprises dans le secteur du bâtiment, COBATEC et RABONI ont investi dans ce taureau.