Atelier créatif pour simplifier la vie des agriculteurs : une démarche inédite de co-création !

En juin 2018, le collectif innovation de la DGPE, « Les IdéaCteurs » a réuni, avec le soutien du Réseau rural national, une quarantaine de personnes (agriculteurs, acteurs publics et personnalités qualifiées) autour d’un atelier créatif intitulé « Pour simplifier la vie des agriculteurs ». L’objectif était de réfléchir ensemble à la création d’une base documentaire de la réglementation appliquée aux agriculteurs, d’un dispositif de certification des exploitations et d’un guichet unique pour faciliter les relations entre les agriculteurs et les administrations concernées. La méthode consistait en un brainstorming animé par des experts du travail collaboratif et de l’accélération de projet.

« Nous avons voulu casser les codes ! » C’est ainsi que Philippe Duclaud, chef du service Gouvernance et gestion de la PAC à la DGPE présente cette démarche inédite de co-création, qui s’inscrit dans le cadre du projet de loi pour un État au service d’une société de confiance. « L’idée de cet atelier était de constituer un groupe représentant à la fois l’administration et les agriculteurs, qui soit à même de partir d’une vision personnelle de leur institution ou de leur profession, née de leur expérience de terrain. » Les agriculteurs présents (près de la moitié des participants) se sont fortement mobilisés dans cette réflexion collective.

Un « brainstorming » ludique et productif

40 personnes, 5 tables mixtes (agriculteurs / représentants de l’administration centrale et territoriale), 3 thèmes de réflexion et 2 outils d’animation (« Ideamaker » et « Stormboard ») : telle était la configuration de départ. Une double règle d’or : liberté de parole et confidentialité. Une mission : produire des idées permettant de simplifier la vie des agriculteurs dans leurs relations avec l’administration. Au cœur de cette réflexion : le développement du numérique, avec tous les espoirs qu’il peut susciter. Et pour faire appel à l’intelligence collective, rien de tel que le jeu pour révéler le talent créatif de chaque participant !

Autour de la table, ils étaient tout d’abord invités, grâce à l’Ideamaker, à « sortir des sentiers battus » en explorant des pistes à l’aide de « cartes inspirantes », avant de sélectionner les idées les plus appropriées à la problématique posée. Puis ce fut le temps de la scénarisation, grâce au Stormboard, un outil complémentaire permettant d’illustrer les idées produites. Une boîte, 4 faces et autant d’étapes à définir : le contexte, la promesse, le fonctionnement et les bénéfices. In fine, 4 idées ont germé dans chaque table, appelée à présenter la meilleure à l’ensemble des participants (autrement dit la plus compréhensible, la plus réaliste et la plus facilement personnalisable). Un « pitch » systématiquement (et spontanément !) raconté par un agriculteur, le mieux à même d’expliquer les enjeux et l’intérêt de ce qui a été imaginé pour lui simplifier la vie.

Les 3 thèmes de réflexion

  • Co-construisons la solution numérique (base documentaire unique) qui va simplifier les relations entre agriculteurs et administrations et permettre une meilleure compréhension et application des règles ;
  • Imaginons ensemble l’interlocuteur ou guichet unique qui facilite les relations entre l’agriculteur et les administrations pour apporter une réponse claire et compréhensible à ses demandes ;
  • Imaginons un dispositif de certification des exploitations agricoles permettant de diminuer la pression de contrôle et valoriser les démarches vertueuses de l’agriculteur.

Un franc succès pour ce premier atelier

« Nous avions des attentes, elles ont été largement comblées. Nous avions des intuitions, elles ont été confirmées. Nous souhaitions sortir des schémas de pensée classiques, et nous y sommes parvenus. » Philippe Duclaud affiche ainsi clairement sa satisfaction, face à l’efficacité de la méthode employée, sur un groupe où l’interactivité a parfaitement fonctionné, dans un climat de confiance.

Pierre Schwartz, à la tête de la sous-direction Performance environnementale et valorisation des territoires et co-commanditaire de cette action, se réjouit lui aussi de la puissance des outils utilisés lors de cet atelier. « Tout le monde a joué le jeu, avec sérieux mais aussi avec humour, et s’est réellement engagé dans cette démarche. Nous étions loin des postures institutionnelles et syndicales, ou des demandes classiques de réduire le carcan administratif, mais bien en quête de solutions concrètes et réalisables. Et 20 idées ont émergé ! »

Base documentaire unique pour référencer des masses de réglementations, guichet unique pour centraliser les procédures à suivre et synthétiser l’avis final rendu par l’administration, forum de discussion pour échanger entre agriculteurs sur le rapport coût/bénéfice d’une nouvelle certification... Au-delà des outils numériques à créer, le besoin fondamental exprimé en atelier était simple : « hybrider technologie et expertise, autrement dit placer les outils au service de l’humain, en veillant à ce que l’administration garde aussi une capacité d’appréciation », explique Emmanuèle Leblanc-Silvestre, chargée de mission innovation, recherche et transfert à la DGPE. « Mettre en place un guichet unique, cela suppose de mieux comprendre la demande, de faire preuve d’empathie et de créer les conditions du dialogue, pour que la réponse apportée soit claire et compréhensible », ajoute-t-elle.
Philippe Duclaud et l’ensemble du groupe-projet organisateur de l’atelier ont pu le constater, un seul leitmotiv animait profondément les participants : gagner en sérénité ! « Nous devons œuvrer à une relation apaisée entre les agriculteurs et l’administration », concluent-ils.

Voir aussi