Aller au contact des entreprises
Crédit ci-après
© Cheick Saidou / Min.Agri.Fr

Des agents du ministère étaient invités à visiter des entreprises, à l'occasion de la Semaine de l'industrie (20-26 mars), placée cette année sous le signe de l'écologie. L'occasion d'approfondir leur connaissance des démarches de performance environnementale menées par la filière agroalimentaire.

"L'industrie aussi, c'est écologique !" Tel était le thème de l'édition 2017 de la Semaine de l'industrie, qui a inspiré la Délégation ministérielle aux entreprises agroalimentaires (DMEA), organisatrice des visites d'entreprises pour les agents de la Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises (DGPE).

Viser la diversité et l'exemplarité

"Nous avons proposé des sites représentant une diversité de filières, avec des entreprises de taille différente, toutes reconnues pour leur engagement en faveur de l'environnement, avec des pratiques vertueuses récompensées par des prix ou valorisées dans des guides spécialisés", explique Julie Hanot, de la DMEA. "Cette année, nous sommes allés à Ludres (Meurthe-et-Moselle) visiter l'usine Saint-Hubert. Ce fabricant de pâte à tartiner allégée et de margarine a reçu le prix spécial "performance énergétique" du Trophée Process alimentaire pour l'optimisation de ses consommations énergétiques (-30% entre 2013 et 2015). Le développement de la brasserie artisanale des Brasseurs de Lorraine, basé sur un ancrage et une valorisation forte du patrimoine et des matières premières régionales, était également au programme de cette journée."

Autre destination : l'éco-site de Vert-le Grand (Essonne) géré par la Sémardel, qui réunit les principaux outils de valorisation des déchets : un centre de tri des collectes sélectives, une unité de valorisation énergétique pour les ordures ménagères résiduelles, une station de compostage pour les déchets verts... L'objet de ce rendez-vous : la présentation de la future station de traitement des biodéchets issus de la restauration, collectés par un pionnier en la matière : Moulinot Compost et Biogaz. "Une démarche partenariale concrète et innovante d'économie circulaire qui intéresse le ministère", raconte Julie Hanot. "La finalité est de produire un compost de qualité (une qualité annoncée "haute couture" par Stéphan Martinez, le président de Moulinot), adapté aux besoins des maraîchers franciliens, dans une logique de circuit court". La spécificité : un lombricompostage de plusieurs mois qui assure une maturation fine.

Partager nos regards et nos compétences

"Nous avons associé nos collègues de la Direction générale de l'alimentation (DGAL) à ces visites, ainsi que ceux d'autres ministères, celui de l'environnement, de l'énergie et de la mer notamment. Cette mixité se révèle toujours très enrichissante sur le terrain, et nous permet de mieux nous connaître, de renforcer des liens dans un cadre plus informel que celui de nos réunions inter-directions ou interministérielles et in fine de développer des synergies", précise Julie Hanot. Des échanges croisés également très utiles pour mieux comprendre la concrétisation des politiques publiques en faveur du développement durable, de l'innovation ou de l'export.

Dans le prolongement de ces premières expériences, la DMEA organisera d'autres initiatives du même type dans les prochains mois.

Cette démarche autour de la Semaine de l'Industrie est appelée à se poursuivre en 2018, pour continuer à développer ces échanges avec les entreprises agroalimentaires et créer une véritable dynamique.