L’agro-écologie en questions

Qu’est-ce que le biocontrôle?

10/04/2014

Qu’est-ce que le biocontrôle?

Le biocontrôle est un ensemble de méthodes de protection des végétaux par l’utilisation de mécanismes naturels. Seules ou associées à d’autres moyens de protection des plantes, ces techniques sont fondées sur les mécanismes et interactions qui régissent les relations entre espèces dans le milieu naturel. Ainsi, le principe du biocontrôle repose sur la gestion des équilibres des populations d’agresseurs plutôt que sur leur éradication.

Pourquoi faire ce choix ?

Les techniques de biocontrôle s’inscrivent dans le plan Ecophyto et permettent de protéger les cultures en réduisant l’usage des produits phytosanitaires. Ces alternatives contribuent ainsi à la réduction des risques pour la santé humaine et l’environnement.

Les produits de biocontrôle se classent en 4 familles :
Les macro-organismes auxiliaires sont des invertébrés, insectes, acariens ou nématodes utilisés de façon raisonnée pour protéger les cultures contre les attaques des bio-agresseurs.

Les micro-organismes sont des champignons, bactéries et virus utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies ou stimuler la vitalité des plantes.

Les médiateurs chimiques comprennent les phéromones d’insectes et les kairomones. Ils permettent le suivi des vols et le contrôle des populations d’insectes ravageurs par le piégeage et la méthode de confusion sexuelle.

Les substances naturelles utilisées comme produits de biocontrôle sont composées de substances présentes dans le milieu naturel et peuvent être d’origine végétale, animale ou minérale.

Qui peut pratiquer le biocontrôle ?

Arboriculture, grandes cultures, horticulture, toutes les filières peuvent bénéficier de l’utilisation de produits de biocontrôle. Actuellement, ces techniques sont particulièrement efficaces et utilisées en cultures légumières, en arboriculture fruitière et en vigne.

Aujourd’hui en France, 75% des surfaces de tomates et concombres sous abri sont protégées par des insectes auxiliaires et 50% des surfaces de vergers de pommiers et de poiriers sont protégés grâce à l’utilisation de phéromones et des techniques de confusion sexuelle.

Le biocontrôle implique l’acquisition de nouvelles techniques et nécessite, pour l’agriculteur, d’être accompagné par un conseil, un établissement de recherche, un réseau d’expérimentation ou une Chambre d’agriculture. Le biocontrôle est enfin utilisé en zone non agricole notamment pour les jardins.