Accueil > Magazine > Dossiers > Forêt : un nouveau tourisme vert voit le jour > Prendre de la hauteur : un week-end dans les arbres

DossierForêt : un nouveau tourisme vert voit le jour

Prendre de la hauteur : un week-end dans les arbres

27/04/2012

Écolo-tendance, les week-end dans les cabanes ? C’est aussi l’occasion d’un vrai contact avec la nature. Et à 26 mètres de haut, au-dessus d’une magnifique cascade, la vue est réellement imprenable. Frissons d’aventures, accompagnés d’un cidre bio de la ferme, au château de Canon en Pays d’Auge (Calvados).

©Xavier.Remongin/Min.Agri.FrTarzan ou Robinson ? Scout ou Indiana Jones ? Un peu de tout cela, en beaucoup moins dangereux et bien moins spartiate. Les trois chambres d’hôtes de la ferme du château de Canon, à Mézidon-Canon, à trente kilomètres de Lisieux, sont installées à 12, 16 et 22 mètres de haut. Nichées au cœur de platanes d’Orient tricentenaires qui n’ont pas l’air de mal s’en porter, et au-dessus d’une charmante cascade.

Les visiteurs sujets au vertige ou au somnambulisme devront s’abstenir, mais pour les autres, le bonheur est dans les arbres ! Et ça marche : à raison d’une dizaine de demandes quotidiennes, avec un pic d’une centaines d’appels pour la St-Valentin, les cabanes affichent complet tous les week-end. À la fois heureux et surpris, Héloïse et Hervé de Mézerac, exploitants de la ferme du château de Canon, se voient récompensés de leur audace… et de leurs investissements.« J’ai repris en 1997 la ferme exploitée par mon père, en la transformant complètement, explique Hervé de Mézerac, 42 ans. J’ai planté 15 hectares de pommiers et poiriers, directement en bio et développé un élevage d’une centaine de brebis dans ce verger. Puis nous avons proposé au fur et à mesure nos produits aux clients : cidre et produits à base de pomme, mais aussi une ferme pédagogique avec un parcours animalier et des chambres d’hôtes originales. Enfant, j’ai passé beaucoup de temps dans les arbres et les cabanes, pourquoi ne pas partager ce plaisir ? Il se passe quelque chose au cœur d’un arbre, il y a les oiseaux, les écureuils, les insectes, le bruit de la cascade, ce sont des sensations exceptionnelles. » Sans parler de la vue sur les vallons du pays d’Auge d’un côté et sur la plaine de Caen de l’autre.

Sécurité et respect de l’arbre

Un peu risquée tout de même la nuit en hauteur ? Pas vraiment. Autour du verre de cidre bio de bienvenue, les “cabaneurs” comme les appelle Hervé, signent une charte de bon usage de la cabane. Ils attestent qu’ils ne sont pas somnambules, s’engagent à ne pas accéder à leur chambre en état d’ivresse et à garder auprès d’eux un téléphone mobile allumé et chargé. Hervé de Mézerac leur remet un sac à dos comprenant un harnais, des mousquetons, une lampe frontale et un petit éclairage à gaz.
Quant à la cabane, c’est tout confort. Jolie couette à carreaux, petits rideaux, mini salle de bain avec toilettes sèches, lavabo alimenté par les sources du domaines à 13°C et terrasse avec vue sur le parc. Pour le petit déjeuner, le “service d’étage” s’effectue au moyen d’un panier garni de thermos de café ou de thé et de viennoiseries, hissé au bout d’une corde.

Et l’arbre, dans tout ça ? « La cabane s’y intègre parfaitement en le respectant et il n’est pas choisi au hasard, poursuit Hervé de Mézerac. Elle se loge dans la fourche, ou bien sa plate-forme vient entourer le tronc. Avant la construction, un expert forestier l’examine. Si son avis est positif, l’arbre est alors soigneusement élagué, rééquilibré pour compenser le poids de la construction et minimiser sa prise au vent. »  « Dormir en hauteur, c’est une véritable aventure. Un arbre, c’est un peu comme une île, un bateau. Les gens sont réellement heureux de cette proximité avec la nature », conclut-il.

Plus d’infos sur www.coupdecanon.fr

La ferme fait partie du réseau « Bienvenue à la ferme  » © Xavier Remongin/ Min.agri.fr