60 ans d'inventaire forestier pour éclairer l'avenir
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Créé en 1958, l'inventaire forestier national fête cette année ses 60 ans d'existence. Son rôle ? Collecter des données sur l'ensemble du territoire métropolitain pour produire l'information nécessaire à une gestion durable de la forêt. Une mission essentielle confiée depuis 2012 à l'IGN, l'Institut national de l’information géographique et forestière, l’opérateur de l’État en matière d’information géographique et forestière de référence.

La forêt française couvre près de 17 millions d'hectares, soit 31% du territoire métropolitain, avec un volume de bois qui a augmenté de 45 % en 30 ans et a doublé en 50 ans. D'une grande diversité biologique, elle est en perpétuelle évolution du fait des phénomènes naturels et des activités humaines.

Pour répondre aux enjeux croissants de la politique forestière (différents usages du bois, risques et changements climatiques, biodiversité, carbone, services écosystémiques, bioéconomie...), une bonne connaissance de la forêt et de son évolution dans le temps est donc indispensable.

Qu'est-ce l'inventaire forestier ?

L’inventaire forestier national est un service de l’IGN chargé de faire l’inventaire permanent des ressources forestières nationales publiques ou privées. Il permet de connaître les surfaces de forêts en France métropolitaine, décrit le bois qui les composent (essence, diamètre, volume, croissance) et les conditions écologiques associées.

Inventorier la forêt, à quoi cela sert-il ?

Créé il y a 60 ans dans un but de suivi de la ressource en bois des forêts, son action est aujourd’hui beaucoup plus diversifiée et permet de fournir aux décideurs des informations à l'échelle nationale et régionale pour la filière forêt-bois, mais aussi sur le changement climatique, la biodiversité, les énergies renouvelables...

Des informations sont produites pour décrire la situation actuelle, mais aussi pour envisager l’avenir. L'exemple le plus récent est le Programme national de la forêt et du bois (PNFB) 2016-2026. Cette politique publique a été élaborée, entre autres, à partir des données de l'inventaire forestier.

« L'inventaire forestier permet de connaître l’état actuel des forêts mais aussi de faire des projections à moyen terme. C’est à dire d’estimer au mieux si, par exemple, pour une entité industrielle d’envergure qui s’implante, si dans trente ans, les ressources en bois seront toujours suffisantes pour son approvisionnement. » Stéphanie Wurpillot, cheffe du service de l'inventaire forestier et environnemental

Comment sont collectées les données ?

Une cinquantaine de personnes, organisées par équipe de deux, arpentent toute l'année les forêts françaises pour collecter des informations sur le terrain. L'inventaire se fait sur un échantillonnage de « placettes » de 2 000 m² et selon un protocole précis, dans un souci d'homogénéité :

  • mesures des arbres ;
  • description du sol ;
  • relevé floristique ;
  • description du peuplement ;
  • détermination des habitats
  • relevé du bois mort au sol.

Chaque année, l'IGN visite ainsi 14 000 placettes réparties sur l'ensemble du territoire métropolitain, dont 7 000 correspondent à de nouveaux points d'inventaire et 7 000 à la revisite de placettes déjà inventoriées 5 ans auparavant.

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est placé sous la double tutelle du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et Solidaire, et du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Colloque « 60 ans d'inventaire forestier pour éclairer l'avenir »

L’IGN et le GIP Ecofor ont organisé un colloque le 15 octobre 2018 au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, à l’occasion des 60 ans de l’inventaire forestier national. L’ordonnance du Général de Gaulle du 24 septembre 1958 instituait en effet la création de l’inventaire permanent des ressources forestières indépendamment de toute question de propriété. Mis en place au début des années 60 par les services du ministère de l’Agriculture, il est devenu au fil du temps un instrument unique, véritable baromètre de l’état de la forêt en métropole, de ses peuplements, des écosystèmes forestiers et de la ressource en bois disponible. L’Institut national de l’information géographie et forestière (IGN) est chargé depuis 2012 de réaliser cet inventaire.

Ce colloque, qui a rassemblé plus de 180 participants, a permis de faire un état des lieux de l’inventaire forestier pour comprendre comment il a su s’adapter à l’évolution des enjeux des politiques publiques et aux besoins des acteurs de la filière au niveau national et territorial et comment il s’inscrit dans un contexte européen.

En effet, les données de l’inventaire représentent des informations indispensables pour concevoir, suivre et évaluer les politiques publiques concernant la forêt à savoir :

  • le développement des filières liées aux différents usages du bois ;
  • la prévention des risques liés au changement climatique ;
  • la préservation de la biodiversité dont le suivi des habitats ;
  • le stockage du carbone ;
  • le développement des énergies renouvelables ou la bio-économie.

Cet événement a été aussi l’occasion de porter un regard plus prospectif, de présenter les programmes de recherche du laboratoire d’inventaire forestier de l’IGN et d’envisager les évolutions possibles pour garantir une connaissance optimale des territoires forestiers, tant à l'échelle nationale, régionale, que locale. Un inventaire multisource, associant les données statistiques terrain, avec les données cartographiques de photogrammétrie, de LIDAR et d'images satellitaires préfigure de nombreuses opportunités pour le suivi de la ressource forestière et la gestion durable des forêts et des écosystèmes forestiers.

L'inventaire forestier, notamment son inventaire statistique terrain, revêt ainsi un caractère crucial, dans les prochaines décennies, pour venir en appui aux politiques publiques.

Pour en savoir plus, consulter les documents présentés lors du colloque