Accueil > Magazine > Dossiers > Forêt : un nouveau tourisme vert voit le jour > 4 questions à Jean-Luc Rouquet, chef de produit tourisme à l’ONF

DossierForêt : un nouveau tourisme vert voit le jour

4 questions à Jean-Luc Rouquet, chef de produit tourisme à l’ONF

27/04/2012

Le tourisme en forêt, pourquoi ? Comment ? 4 questions à Jean-Luc Rouquet, chef de produit tourisme à l’office national des forêts (ONF)


©ONF.fr

Le tourisme en forêt fait de plus en plus d’adeptes, comment expliquez-vous cet engouement du public ?

Jean-Luc Rouquet : Contrairement à ce que l’on imagine parfois, les espaces forestiers ne sont pas uniquement constitués de zones couvertes d’arbres. Il existe une réelle diversité d’espaces et de paysages. Espaces couverts ou ouverts, clairières, gorges, crêtes, pierriers et même glaciers. La forêt est multiple et les activités que l’on y pratique permettent d’appréhender cette diversité des paysages et des usages.

La forêt est un formidable réservoir de biodiversité ; c’est aussi le lieu de production du bois. Pour vous, l’accueil du public fait-il également partie de ses missions ?

Jean-Luc Rouquet : Bien sûr, et depuis toujours ! Quand l’ONF s’appelait encore l’administration des eaux et forêts, l’accueil du public était déjà l’une de ses missions à part entière. Dès 1930, les maisons forestières étaient utilisées comme gîtes d’étape. L’accueil est partie intégrante de la culture du forestier. Aujourd’hui, nous fixons davantage de normes pour accueillir dans de bonnes conditions les différents publics, promeneurs, randonneurs, scolaires… Depuis peu, nous développons aussi une offre pour donner accès à la forêt aux personnes touchées par le handicap.

La forêt est un milieu fragile. Pouvez-vous donner quelques conseils aux promeneurs qui s’y aventurent ?

Jean-Luc Rouquet : L’ONF a publié une charte du promeneur en forêt, regroupant des recommandations qui font pour l’essentiel appel au bon sens. En règle générale, il est conseillé de rester sur les chemins tracés en forêt pour ne pas déranger la faune et la flore. On évite aussi de cueillir les végétaux. Plus généralement, l’objectif est de minimiser l’impact sur le milieu. Pour ce qui est des animaux de compagnie, ils sont autorisés dans les forêts domaniales à condition d’être tenus en laisse. Ils sont en revanche interdits sur tout le territoire des zones centrales de Parcs nationaux. Enfin, et c’est là encore du bon sens, il est recommandé de ne pas faire de feu. De grands incendies ont déjà été provoqués par l’imprudence de promeneurs. Par temps sec, le moindre départ de feu en forêt peut rapidement devenir incontrôlable c’est pourquoi nous sommes très vigilants sur cette question.

Quelles activités l’ONF propose-t-il au public désireux de découvrir la forêt durant son temps libre ?

Jean-Luc Rouquet : Depuis 15 ans, l’ONF permet aux marcheurs de découvrir les plus beaux massifs forestiers grâce aux randonnées Retrouvance®. Avec ou sans accompagnateur, on peut ainsi séjourner dans des gîtes forestiers et pratiquer un tourisme respectueux de l’environnement sans renoncer à un certain confort. Sept circuits sont proposés, dans le Limousin, en Ardèche, dans la Drôme, les Hautes-Alpes, les Alpes de Haute Provence ou encore en Ariège.
Nous avons aussi lancé le concept de “l’odyssée verte”, avec des passerelles d’arbres en arbres et des plate-formes qui permettent d’observer la forêt du dessus ! Le premier parcours a été installé à l’Espace Rambouillet, dans les Yvelines. C’est une autre manière de découvrir la forêt, plus ludique et qui plait beaucoup aux enfants. Ce concept va être déployé sur toute la France avec, à terme, une dizaine d’"odyssées vertes”, dont une à coté de Grenoble. Enfin, nous recevons aussi le public à l’Arboretum des Barres, dans le Loiret. Les passionnés de botanique peuvent y découvrir une collection de près de 140 ans, qui rassemble plus de 2 500 espèces végétales et plus de 8 000 sujets.